14 mai 2006

Ceux qui traversent l'avenue Gambetta
J'ai pris un petit café samedi au bar du métro Gambetta avec mon bloc. Pour changer, il a plu. Une sorte d'orage avec des grosses gouttes. Tout le monde en avait marre de ce temps pourri. Faut que je bosse plus le dessin sur le vif, c'est vraiment un exercice intéressant.

7 commentaires:

Stella a dit…

Pas mal ces petites silhouettes :)

Miss Poivert a dit…

C'est le même où tu avais dessiné involontairement une tête de mort derrière le comptoir ?

Pierzo a dit…

Exactement, le même. Mais je ne suis pas resté très longtemps car il y a deux dames qui se sont assises à la table à côté et qui n'arrêtaient pas de se plaindre de tout. Au bout d'un quart d'heure, je ne les supportaient plus.

la tricoteuse a dit…

Malgréla pluie, ilfaut apprendre à être tolérant!

Miss Poivert a dit…

Tiens, ça serait un bon personnage pour une nouvelle, ça, quelqu'un qui se plaint de tout... A creuser (je cherche des idées, en ce moment).

Pierzo a dit…

Non mais franchement, le problème c'est la surdensité de population à Paris parfois... Dans ce café tout le monde se retrouve entassé les uns sur les autres, c'est n'importe quoi. Voilà pourquoi je m'énerve!

Miss Poivert a dit…

Na !

Archives du blog

Contact

A l'écoute : Manickam Yogeswaran The Long Road to Thaïland