15 mai 2007

L'amour empoisonné

Le site du jour (pour le fun) : http://www.1-click.jp/

7 commentaires:

Tiffany a dit…

Une petite réaction en retard à ton post sur Sarkozaïlle (par ailleurs très réussi, comme toujours!)


http://www.delation-gouv.fr/

Pierzo a dit…

Excellent ce site! J'enai profité pour te balancer mais je ne comprends pas, ma délation n'apparaît pas... :o(

Rachel a dit…

Une petite réaction en retard à ton post sur le yoga en forêt et les évenements douloureux de la vie. Une pensée pleine d'amitié et des bises chaleureuses.
Rachel

Sofiane a dit…

Une petite réaction en retard à propos du Willy-Waller 2006... t'aimes ça les pétates ?

Sofiane a dit…

C'est à mourir de rire ton lien nippon !!!

Pierzo a dit…

Les messages légers se mélangent avec d'autres plus graves, ainsi va la vie... Merci beaucoup Rachel pour ce petit réconfort que tu sais si bien apporter. La vie est faite de rencontres aux histoires inachevées. J'en ai fait l'expérience encore une fois et continue à en faire. J'ai connu Anne-Jo à Vannes lorsque nous commencions notre vie d'étudiants. C'était un personnage avec un drôle de caractère, très curieux d'apprendre, il lisait beaucoup et avait un tempéramment assez solitaire, à part. Le prof de philo le surnommait "l'étudiant clandestin", ça nous faisait rire. Je le revois quand il revenait de ses promenades sur le port de Vannes entre midi et deux. Lorsqu'on commençait des discussions, c'était très vite passionné avec Anne-Jo. Je me souviens d'un week-end passé dans la vieille maison de sa famille, au bord de la mer, au Val André. On y a fait une fête pas sérieuse comme on sait faire quand on a à peine 20 ans. Je me souviens d'un cadeau qu'il m'a fait : un autographe de Jacques Higelin dédicacé à mon nom car il savait que j'étais fan. Je le garde en souvenir. C'est un sous verre de bière en carton, taché et l'écriture du chanteur est un peu vacillante car il devait être un peu éméché.
Et puis Anne-Jo a suivi un drôle de parcours : Science Po, puis HEC pour finir en beauté par un gros virage qui nous a tous étonné : il est entré au couvent des moines dominicains de Lille. L'année dernière, Anne-Jo devenait "Frère Vincent"! Malheureusement pour lui, il devait alors se battre très dur contre une terrible maladie qui a eu raison de lui dimanche dernier. Je regrette de ne pas l'avoir rencontré ces dernières années pour partager avec lui toutes ses dernières découvertes, pour qu'il me raconte. Tout va trop vite. Je regrette pour lui qu'il n'ait pas eu la chance de vivre plus longtemps dans ce monde. Et puis je pense à sa famille, à ses amis qu'il laisse. Voilà et ça me fait plaisir de repenser à lui un peu ce soir.
Bien à vous
Pierzo

Anonyme a dit…

Jusqu'il y a quelques minutes, j'ignorais la disparition d'Anne-Jo. Je l'ai moi aussi connu cette même année, notre "étudiant clandestin". Tes mots pour parler de lui sont très justes. Je ne saurais pas en faire autant, mais je ne peux pas non plus ne rien dire. C'est ma manière à moi de le saluer, tandis que la chair de poule m'envahit.

Archives du blog

Contact

A l'écoute : Manickam Yogeswaran The Long Road to Thaïland