24 mai 2009

Chambre avec vue sur le Pirée
Le plus grand port de passagers européen (13 millions chaque année) est un spectacle permanent. C'est aussi une belle chanson. je vous copie-colle ici son refrain. En français :
Mon dieu que j'aime,
Ce port du bout du monde
Que le soleil innonde
De ses reflets dorés
Mon dieu que j'aime,
Sous les bonnets oranges
Tous les visages d'anges
Des enfants du Pirée.
Et puis en grec, tiens, car c'est joli :
Όσο κι αν ψάξω, δεν βρίσκω άλλο λιμάνι
τρελή να με 'χει κάνει, όσο τον Πειραιά
Που όταν βραδιάζει, τραγούδια μ' αραδιάζει
και τις πενιές του αλλάζει, γεμίζει από παιδιά
Et bonne semaine à tous ! / PierZo

3 commentaires:

Anonyme a dit…

je te renvoie à la version de Dominique A sur l'album Auguri
Bises
Dothy

Jean-Michel a dit…

Pas de chance avec ta carte bancaire !
(un seul "n" à inonde)
Mon zafu te remercie de ton salut et se plaint de rester trop souvent dans le placard !
Week-end dernier à Bellefontaine. Au bord de la prairie (six chevaux y paissent, en ce moment), je corrige un texte. En face, l'abbaye. Une " retraitante " m'aborde, croyant que je dessine... Elle aurait sans doute apprécié ta peinture du lieu !
Bonne inspiration pour tes dessins à venir !
Jean-Michel

Mifa a dit…

Je me souviens encore de ce couplet, appris par cœur dans ma jeunesse, quand Mélina Mercouri le chantait dans "Jamais le dimanche". Je ne l'avais jamais vu écrit en grec :-) !

Archives du blog

Contact

A l'écoute : Manickam Yogeswaran The Long Road to Thaïland